Adresse :
Bois des Commères Ixelles
Coordonnées GPS :
50.8056 , 4.3937
Inventaire scientifique :
Contributeurs :
Sylvolutions
Promenade d'arbre en arbre - Boondael

Carte d'identité

Catégorie :
Arbre remarquable
Nom en latin :
Fagus sylvatica f. purpurea
Nom en français :
Hêtre pourpre
Nom en néerlandais :
Rode beuk
Nom en anglais :
Copper beech, Purple European Beech
Famille :
Fagaceae
Hauteur :
25 m
Hauteur visée :
Cette espèce peut atteindre jusqu’à 45 m
Diamètre de la couronne :
20 m
Circonférence du tronc :
386 cm
Circonférence espérée :
800 cm
Longévité espérée :
Peut vivre jusqu’à 350 ans
Origine / Indigène :
Europe centre et ouest
Sol préféré :
Riche, bien aéré, bien drainé
Climat préféré :
Humide, pluies régulières
Collection de l'Etat fédéral belge en prêt permanent au Jardin botanique de Meise : Duhamel, Traité des arbres et arbustes, vol. 2, pl. 24, 1804

Traits et caractères de l'individu

Anecdote du hêtre

Il fût un temps, où le hêtre était l’arbre de la Déesse Mère. Il était associé à Eurynomé, la créatrice du Monde. Aux prémices de l’Antiquité grecque, le hêtre guidait les prêtres. Le bruissement de ses feuilles livrait des messages.

Cet arbre est devenu un symbole de la féminité dans plusieurs cultures. Il représentait la connaissance, la sagesse, la patience et la création. Par exemple, pour les Celtes, il était consacré à Belisama, déesse de la communauté et du foyer, tandis que pour certains peuples nordiques il était l’arbre de Hertha, déesse de la Terre-Mère.

Enfin, il a inspiré toutes sortes de croyances et superstitions populaires. Parmi elles, depuis le Moyen-Age, le hêtre a la réputation d’abriter des fées dans son ombrage. Elles dansent autour de lui sous son feuillage là où rien d’autre ne pousse que des jeunes hêtres. Ainsi les fées protègent les hêtres.

Secrets du hêtre pourpre

La couleur rougeâtre est présente chez tous les hêtres. Mais en principe elle est passagère. On la trouve dans les toutes jeunes feuilles à l’ouverture des bourgeons. Elle est due à des pigments colorés : les anthocyanes. Ils protègent les feuilles tendres des rayons solaires. Puis, un enzyme détruit les pigments rouges lorsque les feuilles n’ont plus besoin de leur protection.

Chez les hêtres pourpres, la couleur rouge ne disparaît pas. Elle évolue jusqu’à la chute des feuilles : rouge vif, vert-rosé, brun pourpre … Ce spectacle est dû à une anomalie génétique : l’arbre ne possède pas l’enzyme qui détruit les pigments rouges.

Cette « erreur » est rare dans la nature. Pourtant les hêtres pourpres sont assez courants en ville : l’homme, attiré par la rareté, a cherché à reproduire l’anomalie. Son but : obtenir le ton le plus intense possible. La plupart spécimens qui ornent les parcs sont issus de ces recherches.

Bienfaits du hêtre pourpre

Les hêtres pourpres sont utilisés pour embellir les parcs, parfois les grandes places. Ils jouent un rôle important dans la création de grands espaces verts.

Cet arbre au feuillage très abondant et très dense fournit de très grandes quantités d’oxygène. Un oxygène nouveau et pur, bon pour nos poumons. Il purifie l’air. Ses feuilles captent assez bien les particules fines. Et il capture de gros volumes de gaz polluants. Il emprisonne notamment le CO2, le fameux gaz à effet de serre responsable de la surchauffe de la planète. Il le stocke sous forme de carbone dans son bois. De plus, son ombrage profond est particulièrement efficace pour rafraîchir les températures autour de lui.

Pour reconnaître le hêtre

Feuilles

Forme ovale - Bord légèrement ondulé (petits cils souples sur jeunes feuilles)

Feuillage

Couleur printemps : rouge vif, pourpre - Couleur été : rouge-brun profond - Couleur automne : brun orangé - Visible une partie de l’hiver (marcescent)

Ecorce

Grise - Fine

Fruits

Faines - Coques hérissées contenant des graines triangulaires brun foncé

Bourgeons

Longs - Durs - Très pointus - Avec des écailles - Couleur marron-ocre - Bien visibles sur l’arbre en hiver

Signes particuliers de cet arbre

Ce grand hêtre pourpre était déjà grand dans les années 30. Il poussait entouré d’arbres.

Si nous avions pu nous hisser jusqu’à la cime de l’arbre, nous aurions pu admirer la campagne. En effet, le bois se trouvait au milieu de champs et de parcelles cultivées. Entre 1987 et 1996, la campagne a fondu peu à peu. Mais le bois a été gardé.

Ce géant est un élément central du massif boisé. Avec ses deux énormes branches en V, bien campées sur un énorme tronc, il est l’un des arbres qui attire le plus l’attention. Son immense couronne, au feuillage bien dense, surplombe une grande partie de l’espace.

Cet arbre fait l’objet de soins particuliers. Car la fréquentation de plus en plus intense du bois l’a fragilisé. Le sol à son pied a été compacté et s’est érodé. Un enclos a été construit tout autour de lui pour limiter le piétinement et la mise à nu de ses racines. Elles ont besoin d’être enfouies dans une terre meuble où l’air et l’eau peuvent circuler.

Depuis que l’on a protégé la zone à l’aplomb de sa couronne, ses feuilles tombent et restent proches de lui, comme en forêt. Elles se décomposent. Elles se transforment en humus riche en nutriments. Cela permet à l’arbre de reprendre des forces. Et dans ce cercle de protection, certaines de ses graines peuvent germer. La durée de vie de ce géant est ainsi prolongée. Et, sa descendance est assurée.

(Textes et photos par Priscille Cazin - Sylvolutions

Ce portrait est:

- Enrichi d’une illustration issue de la Collection de l'Etat fédéral belge en prêt permanent au Jardin botanique de Meise.

- Une initiative de Christos Doulkeridis, Bourgmestre, d’Audrey Lhoest, Echevine de l’Environnement, des Espaces Verts et des Plantations, du Tourisme, du Collège des Bourgmestre et Echevins d’Ixelles.

-
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
© Bruciel 1930/35
© Bruciel 1944
© Bruciel 1971
© Bruciel 1984
© Bruciel