Adresse :
Cimetière d' Ixelles
Coordonnées GPS :
50.8158 , 4.3924
Inventaire scientifique :
Contributeurs :
Sylvolutions
Promenade d'arbre en arbre - Boondael

Carte d'identité

Catégorie :
Arbre remarquable
Nom en latin :
Alnus cordata
Nom en français :
Aulne à feuilles cordées
Nom en néerlandais :
Italiaanse hartbladige els
Nom en anglais :
Italian alder
Famille :
Betulaceae
Hauteur :
15 m
Hauteur visée :
Cette espèce peut atteindre jusqu’à 25 à 30 m
Diamètre de la couronne :
10 m
Circonférence du tronc :
212 cm
Circonférence espérée :
300 cm
Longévité espérée :
Peut vivre entre 80 et 100 ans
Origine / Indigène :
Corse, sud de l’Italie
Sol préféré :
Humides
Climat préféré :
Méditerranéen

Traits et caractères de l'individu

Anecdote de l’aulne

Dans plusieurs cultures, l’aulne est un arbre chargé de croyances. Il est à la fois un symbole de vie et de mort. Avec le frêne, il fait partie des paysages de marais. Autrefois, ces zones inquiétaient. Elles étaient considérées comme des passages entre les mondes d’en haut et d’en bas.

Dans la mythologie scandinave, Embla, l’origine féminine de l’humanité, est née d’une branche morte d’aulne trouvée au bord de l’eau. Tandis que Ask, l’ancêtre masculin de l’humanité, est issu d’une branche de frêne.

Enfin, dans la culture celte, l’aulne est associé à Bran, maître de l’immortalité. Un mythe gallois raconte que ce géant relie le Mondes de la vie et le Monde de la mort. Ce dieu possède le chaudron d’abondance et de résurrection qui a le pouvoir de rendre la vie aux trépassés/défunts.

Secrets de l’aulne

L’aulne enrichit le sol autour de lui. Ses racines fixent l’azote, nutriment essentiel pour la croissance des plantes. Ce super pouvoir est possible grâce à une association particulière.

L’aulne s’associe avec des êtres vivants microscopiques (bactéries) qui vivent dans la terre. Il leur fournit des abris au niveau de ses racines. Ces abris, des nodules, sont le lieu d’échanges intenses. Les bactéries qui logent là captent l’azote dans l’air qui circule dans le sol. Elles le transforment et le fournissent à l’arbre. En échange, l’arbre alimente les bactéries en sucre. Cet échange parfait est une symbiose.

L’aulne n’est pas le seul arbre qui possède ce pouvoir. Mais il est le seul à avoir des nodules gros comme des citrons. Cet échange réciproque bénéficie non seulement aux deux « troqueurs » mais encore à une multitude d’êtres vivants. Un seul aulne peut enrichir le sol de tout un champ.

Bienfaits de l’aulne à feuilles cordées

L’aulne est avant tout un allié du sol (cf. Secret ci-dessus). Il fixe, décompacte, aère, enrichit et dépollue les sols. De plus, il pompe énormément d’eau. Il peut assécher les sols ou limiter les effets des inondations.

Il est aussi un allié de la biodiversité. Plutôt rare à Bruxelles, il enrichit la palette d’arbres plantée en ville. Il sert d’abri et de garde-manger à toutes sortes d’insectes. Il fleurit très tôt au printemps : il nourrit les premiers pollinisateurs de la saison. Ses petits cônes pleins de graines restent sur ses branches tout l’hiver : ce sont des mini-mangeoires pour les petits oiseaux (passereaux).

Enfin, il a de nombreuses propriétés médicinales et tinctoriales naturelles, un peu oubliées.

L’aulne pousse rapidement et il résiste bien à la pollution de la ville. Mais il n’aime pas les brusques changements de température, et les courants d’air.

Hélas, cet allié des sols et de la biodiversité est menacé par un champignon : le Phytophthora. Il est la cause de la « maladie de l’aulne » apparue dans les années 90.

Reconnaitre l’aulne à feuilles cordées

Fruits

Strobile – Petits cônes – Présents sur l’arbre tout l’hiver

Graines

Minuscules - Ailées

Feuilles

Couleur dessus : vert foncé luisant - Couleur dessous : vert plus pâle - En Forme de cœur (cordiformes) – Bord crénelé

Feuillage

Couleur printemps/été/automne : Vert – Présent au début de l’hiver, puis absent (caduc)

Ecorce

Gris-brunâtre à gris noirâtre en vieillissant - Crevassée

Signes particuliers de cet arbre

Voilà un individu dont la silhouette marque le paysage du cimetière d’Ixelles. Sa couronne est verticale, conique et compacte, d’un vert intense qui attire l’attention. On le voit de loin à la croisée des chemins. Il surplombe une pelouse de dispersion, avec un autre aulne qui pousse dans la même allée.

Dans les cimetières, on croise souvent des ifs, des saules et frênes pleureurs, parfois des cyprès. Plus rarement des aulnes. La plantation de cet arbre, et de son voisin, ne semble pas uniquement décorative. Ces deux aulnes pourraient bien avoir été plantés là pour leur valeur symbolique.

D’abord, l’aulne est le symbole d’Ixelles. Il poussait jadis dans les terres humides du bas de la ville, là où se trouvent les étangs Flagey aujourd’hui. Ixelles, Elsene en flamand, est un dérivé de elsele, « la demeure des aulnes ». La forme stylisée de cet arbre est présente dans toute la signalétique de la commune. Ainsi, pour les ixellois qui viennent au cimetière, les aulnes de l’allée ont peut-être une allure familière.

Ensuite, ces deux aulnes appartiennent à une espèce qui symbolise la vie éternelle. Plantés de part et d’autre de la pelouse de dispersion, ils ressemblent à des sentinelles. Ils transforment cette pelouse en passage des âmes immortelles.

(Textes et photos par Priscille Cazin - Sylvolutions)

Ce portrait est:

- Enrichi d’une illustration issue de la Collection de l'Etat fédéral belge en prêt permanent au Jardin botanique de Meise.

- Une initiative de Christos Doulkeridis, Bourgmestre, d’Audrey Lhoest, Echevine de l’Environnement, des Espaces Verts et des Plantations, du Tourisme, du Collège des Bourgmestre et Echevins d’Ixelles.

Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene
Photo by Priscille Cazin (Sylvolutions) © Ixelles/Elsene